Lyrics GIMS – THÉMISTOCLE

- Sparte brûlera ! Ses hommes périront au combat
- Ses femmes et ses enfants seront esclaves ou pire !
- Alors, nous allons bloquer l'avancée des Perses sur la côte
- En rebâtissant le grand mûr Phocéen, et nous allons les obliger à emprunter le défilé que nous appelons les portes chaudes
- Dans cet étroit corridor, leur nombre ne comptera plus

Maximum Beats

Annonce-leur tous quе j'vais rentrer tard, j'ai mis deux grеnades dans la guitare
Bise sur l'front tout comme un rital, tridimensionnel comme Livaï
J'croise une meute de paparazzis, j'comprends bien qu'c'est pas l'paradis
Génie sans passer par l'asile, pec', abdos, mais pas un radis
Les années passent, les cadavres s'empilent, les pas sont lourds, les poches sont remplies
Repéré au cœur de Paris dans un engin très très rapide
On a souffert, on a galéré, gros câlin, c'est bien mérité
C'est pas mon cœur qui bat, tu te trompes, c'est l'téléphone en train de vibrer
Des projets d'l'envergure de la Chine, cheval de Troie sans talon d'Achille
T'as bien visé, mais c'est pas dans l'mille, encore faut-il savoir qui est la cible
Le jour se lève, même sur les plus vils, la Terre compte quelques bâtards en moins
Traîtres et hypocrites dans le coin, ils vont s'éteindre tout seuls comme un joint
Concentre-toi, la juge zozote, t'as les poumons remplis d'azote
Mille mètres carrés juste pour le socle, fin stratège tout comme Thémistocle
J'me démarquais d'puis la maternelle, sombre dessin, à l'aquarelle
Forces de l'ordre voulaient m'interner car j'résonnais comme un Marc Aurèle
Armes massives d'anticipation, tu entends mais n'écoutes pas le son
Challenger Falcon, Citation, puis meurt comme dans un film d'action
Paris, c'est dangereux, c'est comme Gotham, j'te parle pas de quelques cas contact
Organisé comme à Buckingham ou comme les gitans de Birmingham
La population ne comprend pas, ne comprend pas puis n'écoutera plus
Un dirigeant qui redistribue les biens d'autrui en un coup d'compas
Bienvenue dans mon monde à moi, nombre de requins incalculable
Fais-moi signe si l'contrat, tu l'as, j'arrive en r'tard, mais avec Dracula
S'battre pour ici, c'est peine perdue, j'pense qu'à ma gueule, que Dieu m'pardonne
Ça marche pour moi, ouais, les sons cartonnent, j'coule dans leurs veines à la Pemberton
J'me méfie d'toi, frère, tu sers à rien, j'chuchote même dans un sous-marin
J'comprends l'morse et le sumérien, claque pas la porte au serrurier
J'sors d'la daronne le ventre vide, j'veux toujours mourir un vendredi
Audemarisé, plus b'soin de l'dire, intérieur jaune : Bumblebee
On prie dans l'parking, y a pas d'mosquée, j'me souviens d'tous ceux qui s'moquaient
J'suis d'vant la porte, j'ai pas l'mot-clé donc j'frappe les coups avec Damoclès
J'ai pas tout lu, donne-moi l'épilogue, appelle-moi si tu vois l'équinoxe
Chamanisé donc j'peux pas pilote, je vois les jardins suspendus de Babylone
J'ai niqué mes ongles dans le bac à sable, j'contrôle le centre à la Bokassa
Le sport, la musique, on est bons qu'à ça, courir comme Gotabaya Rajapaksa
J'suis Porte d'la Chapelle, pas cramé, dans l'rétro, j'vois trois camés
J'suis concentré, j'pense qu'à gagner, "Kagame" rime avec "croix gammée"
J'ouvre les yeux, j'vois six vautours, la sensation d'une corde au cou
L'bourreau ressemble au Comte Dooku, et vu l'odeur, j'suis à Dol Guldur
Ils m'ont vis-ser un bol d'arêtes, j'vais m'en remettre, t'inquiète pas
J'arrive comme Mehmed II dans un big Harem, j't'égorge en zappant l'cran d'arrêt
J'pose mon karaté comme une prose, majeur en l'air, ouais, j'attends l'arthrose
Tout fraîchement sorti du Lac Rose, assiette de fruits made in Monsanto
Par la f'nêtre, c'est la tentation, au bout du fil, y a même pas d'hameçon
J'vérifie les informations, ça s'sert la pince tah les francs-maçons
Ça s'lève le matin, y a même pas d'magie, pas d'oseille donc on récidive
Marre d'manger dans un bol qu'est vide donc Joseph rejoint les Bolcheviks
Soit ma tête elle a trop grossi, soit le jeu devient trop petit
J'leur tire dessus à la tête chercheuse depuis des constructions troglodytes
J'ouvre le bouquin au hasard, fin du monde, sixième page
J'connais des anciens tellement vieux qu'tu tousses quand tu dis leur blase

Lyrics rating:
92%